Les images s’affranchissent d’une construction médiatisée pour rendre visible les zones parfois grises, écrasées par le phénomène de stéréotypie. Par l’expérience comme nécessité à sa pratique, les photographies dépassent la vision statique incarnée par le stéréotype d’origine. La série Pay Here interroge le genre politique par le corps. Les danseuses de pole dance photographiées en dehors du show, délaissent  les polarisations d’un regard masculinisé et d’une sexualisation exacerbée au profit d’une charge sensuelle consciente. Cet entre-deux démagnétise ainsi l’habitude du regard tourné vers l’objectification du corps, laissant un nouveau point de vue ouvert.

Les images décrivent des identités construites par et dans la société. Par l’observation de l’individu dans son ressentit propre, l’artiste se réconcilie avec le genre pour admettre sa propre identité plurielle, différente et fragmentée. Ancrées dans le réel, les narrations visuelles de Gözde Mimiko Türkkan se saisissent de la relation à l’Autre pour mieux se découvrir soi même.

 

Read the full text here: https://fionavilmer.com/gozde-mimiko-turkkan